Recherche dans ce site web :


Pour plus d'options de recherche

Quoi de neuf

À propos de nous
Introduction et bienvenue
Au sujet de Sanctus Germanus
Le but de ce site
La Grande Fraternité de Lumière
Au sujet de l'Amanuensis
La fondation Sanctus Germanus
Galerie de photos

Enseignements
Messages d'actualité
Contrepartie féminine
Invocation et méditation
Trouver la mission de son âme
Livres pertinents
Possession par une entité
Auto Suffisance
THO

Présentations
Les conférences
Conversations ésotériques
Compte rendu de la conférence donnée à Londres
Vidéos des conférences publiques
Webinars

Services
Projet d'éducation de la nouvelle race
Ensemencer la conscience des masses
Guérison télépathique
Perspectives astrologiques

Pour nous joindre
Contactez-nous
Questions et réponses
Perspectives farfelues

La librairie Sanctus Germanus

Langues
Anglais Français Espagnol







La femme sera entendu dans le nouveau millénaire

Introduction
Vue d'ensemble sur les questions féminines
Causerie autour d'une tasse de thé 1
Causerie autour d'une tasse de thé 2
Causerie autour d'une tasse de thé 3
Le rôle de la femme pour combattre la folie du monde
Une plus grande autonomie des femmes


Estelle Roberts

Rien ne peut vous arrêter maintenant, absolument rien. Oh ! Si nous pouvions vous montrer combien nous avons attendu ce magnifique moment. Oh ! Puissiez-vous en voir la rareté et donc la valeur. Oh ! Puissiez-vous vous réjouir comme nous en ce moment précis. Ceci a été prédit une certaine nuit au milieu de l’été, pas par un homme de ce monde, mais du monde spirituel, assis ouvertement et parlant de la victoire des femmes. Que ce moment serait un commencement magnifique et un événement, bien que de petite participation quant au nombre réel. Et qu'à partir de ce point, mes chères, chères amies, rien ne pourra jamais plus arrêter la douce voix de l'esprit. Rien! Exprimez, exprimez mes chères âmes vos merveilleuses vérités à partir de maintenant, sans peur. Qui est là pour vous contraindre au silence ? Je vous dis que Dieu Elle-même ne le permettrait pas.

Quand je fréquentais les salles de la terre, jouissant d’une certaine estime et d’une certaine notoriété, tellement que le Royal Albert Hall offrait rarement des sièges libres aux représentations. Même alors, je recevais des menaces, je recevais de la correspondance venant de hauts vicaires de l'église d'Angleterre qui me conseillaient de rester silencieuse. Eh ! Oui, je parle de menaces qui étaient, disons, de nature sérieuse, mes chères. Du genre qui dit, « Si vous blasphémez encore autant, nous devrons vous considérer comme la plus sérieuse ennemie du Christ que nous connaissons, et donc libérer des forces contre vous pour vous éliminer ».

Que faisais-je donc? Je ne faisais que dire la vérité telle que le seigneur de la Lumière la mettait dans mon esprit pour la relater. Je ne voyais que les chères, chères âmes qui témoignaient avec moi pour donner leurs nouvelles et leurs annonces à leurs bien-aimés sur le plan terrestre. Et volontiers, plus que disposée j'ai transmis ces messages, et je contemplais l'amour émaner des auras des récipiendaires, comme je l'ai vu ici ce soir.

Mais je vous le dis, mes chères, notez cet événement, notez-le bien. Je dis qu'il amorce un cycle pendant lequel rien ne pourra plus arrêter le flot de vérité qui sort de la bouche de chaque femme vers le monde. Ne craignez pas la désapprobation de vos aimés. Car bien qu'ils l’expriment peut-être, ce sera sans effet. En d'autres mots, bien qu'ils puissent vous dire, « Je ne te crois pas », ou « tu sais que tu es assez folle », ou « pourquoi dis-tu cela » ou « tu inventes », ou peu importe l'excuse, en vérité vous ressentirez là une impulsion, une impulsion de ne pas vous arrêter. Et c'est une impulsion mise là par la Divine Mère elle-même. Elle ne sera plus silencieuse nulle part, et certainement pas à travers une de ses filles. Ne voyez-vous pas le niveau s'élever, alors que je vous parle ? Je suis ici pour l'annoncer, et me trouve si privilégiée de le faire.

Mes chères âmes, ne vous méprenez pas. Ceci n'est pas une guerre, encore moins une bataille, contre les hommes, le ciel nous en garde. N'avons-nous pas eu assez de batailles ? C'est, au contraire, la libération des hommes. Car enfin leurs femmes peuvent leur dire la vérité sur eux-mêmes. Et je vous implore, mes braves, de ne faire que cela.

Une après l'autre, vos langues se délieront. Une après l'autre, vous découvrirez une bravoure que vous n'aviez pas avant. L'une après l'autre, vous parlerez de ces belles, belles vérités que vous avez toujours sues au tréfonds de votre âme, vous serez seulement surprises de votre propre audace. Je ne peux attendre! Je ne peux attendre, mes chères! Je regarderai chacune d'entre vous. Exprimez-les, et exprimez-les clairement. Faites particulièrement confiance à votre nature de femme, que ce que vous direz soit inspiré par l'amour. Car de quoi d'autre en définitive êtes-vous faites ?

Oh! Vous ne savez pas combien j'ai attendu pour venir et vous parler ainsi. Mais je ne pouvais le faire avant que n’arrive le moment approprié. Je vous le dis, je me sens comme Cendrillon ce soir. Et il n'y aura pas de rappel de minuit pour moi. (rires). Oh! Non, pas pour moi, et pas pour vous non plus. Au contraire le bal est reparti. Dansons. Dansons tous dans cette merveilleuse salle de bal qu'est la vie.

Un événement de cette importance n'a pas eu lieu depuis des milliers d'années. Il commence mais n'a pas de fin. Et voyez comme vous le diraient de grands hindous, les manvantaras sont des ères importantes qui reviennent et reviennent au-delà des jugements humains. Alors avant que cette chose ait une fin, et cela ne devrait pas, vous serez toutes, dirons-nous, élevées dans la lumière et libres. Vous n'aurez plus à vous inquiéter de revenir dans une cellule de prison.

Un des phénomènes les plus intéressants de toute cette affaire sera sans doute l'absence de peur avec laquelle vous le ferez. Je vous avertis. En d'autres mots, si hier ou l'année dernière vous avez peut-être ressenti « Oh ! J'aimerais dire ceci mais je n'ose pas vraiment, qu'en pensera-t-il ? Me quittera-t-il ? » Soudain cela n'aura plus d'importance. Aucune importance. Et c'est ce peu d'importance qui imprimera de la magie à votre audace. Ne voyez-vous pas ? La peur n'inspirera plus vos propos. Ils seront inspirés par l'essentiel c.-à-d. ce qui compte. Vous ne pouvez l'empêcher ni l'arrêter. Et même les plus timides d'entre vous qui préfèrent rester derrière, dirions-nous, et qui pensent « Oh ! je vais regarder mes sœurs agir. Je ne peux m'imaginer le faire, pas avec mon ogre de mari ». Bien, il n'y a pas d'urgence. Vous avez l'éternité.

Mais je vous fais une prédiction, que le jour viendra où chacune des femmes ici, et chacune des femmes que vous avez connues et que vous connaîtrez, s'exprimeront et leurs voix seront immédiatement reconnues dans leur ensemble comme la voix de la révélation. C'était ainsi avant et ce sera ainsi à nouveau. Bien que si distant dans la mémoire de l'humanité que personne ne s'en souvient. Si distant que je sais que ces pensées et ces mots paraissent étranges, comme un langage que vous ne comprenez pas. Quoi qu'il en soit, le temps le prouvera. Le temps, ce grand guérisseur, me donnera raison.

Vous avez besoin de parler à votre mère. Appelez votre mère. Votre Divine Mère. Priez-La :

Oh! L’unique douce et bienveillante
Divine Mère qui lit mon cœur
Ouvre mes yeux et mon esprit afin que je voie que nous sommes une depuis le début
Que ton amour divin guérisse à travers mes mains
Et donne-moi, Ô! Mère,
Ta douceur pour pouvoir être avec les troupes angéliques
Oh! Viens, oh! Viens, oh! Viens douce Mère
Que là où je sois, tu sois aussi
Et inonde ma maison et mon aura
De ton plus précieux rayon. Amen

Trouvez intuitivement vos propres prières, mes chères, ne le ferez-vous pas ? Parlez à votre douce, douce Mère. Invitez-la dans vos jolis temples, car pendant que vous vous brossez les cheveux, c'est Elle qui brosse vos cheveux, comme votre mère le fit peut-être pour vous lorsque vous étiez petites. Oh! Abandonnez-vous à Sa douceur car c'est la vôtre, peu importe dans quelle mesure vous la vivez. Il n'en est point d'autres!

(Ici Estelle livre des messages à l'audience. Elle ne s'adresse à personne en particulier, mais elle le fait de cette manière : « Si le soulier te convient, porte-le ».)

Il y en a une de vous ici qui se sent terriblement privée de tout droit, elle sent que le tapis se dérobe sous ses pieds, et ne sait plus comment procéder. Elle se sent comme si elle pataugeait, nageant sur place. Douce amie, cela (l'épreuve) augmente pourtant vos forces. Un radeau de sauvetage est en approche.

Il y en a une autre ici qui sent qu’elle est sur le point de commettre une grave erreur parce qu'elle ne peut arrêter les changements. Je dis plongez dedans, ma chère, entrez dedans, car c'est vous-même qui l’avez crée. Maintenant rembobinez et regardez votre propre film, et apprenez de vos erreurs.

Il y en a une autre ici qui aime un homme qui ne peut l'aimer avec la même réciprocité, mais elle ne peut arrêter cet amour pas plus qu'elle ne peut arrêter de boire l'eau qui apporte la vie à son corps. Buvez ma chère, buvez, vous buvez à la fontaine de l'amour. Qu'y a-t-il de mal à cela ?

Il y en a une autre ici qui a peur de ne pas être assez spirituelle, bien qu'elle veuille l'être et le recherche. Elle se surprend à se regarder dans le miroir un peu trop souvent et à faire du shopping (rires), un peu trop fréquemment. Vous, ma chère, avez passé un peu trop de vies antérieures dans un couvent. Allez-y et faites du shopping. C'est un équilibre que vous devez trouver. Je dis, allez-y, réalisez-le.

Il y en a une ici qui a été grandement incomprise par ceux qu'elle aime tendrement. Elle a été accusée. Elle a dit ceci et cela et autre chose. Cela ne vient pas d'eux, ma chère, cela provient de vous. Cherchez-en la source à l'intérieur de vous-même, et vous serez en paix. Ils sont seulement les acteurs de votre scénario ou pièce de théâtre personnelle.

Il y en a une autre ici qui pense qu'elle s'en tire bien du point de vue terrestre et qui semble bien s'en tirer même au sens spirituel; cependant elle est consciente que quelque chose lui manque. Je confirme. Qu'est-ce que c'est? Cela s'appelle la dévotion. Vous n'êtes pas amoureuse de la divinité. Vous n'êtes pas en amour avec Dieu. Vous connaissez seulement Dieu et parlez de Lui, mais vous ne Lui avez pas permis de pénétrer votre cœur au point que lorsque vous y pensez les yeux se remplissent de larmes et vous vous précipitez à la recherche du premier autel où vous agenouiller. Cette chose qui ne peut être guérie, ma chère, a quelque chose à voir avec l'amour du divin.

Il y en a une autre ici qui sent que tout va bien dans son monde et qui reste assise avec contentement. Eh ! bien, à elle j'ai peu de chose à dire.

Il y en a une autre ici qui se demande quand, Ô! Quand ? Ô ! Quand viendra donc ce magnifique étranger ? Continue à te demander, ma chère, car c'est ton aimant et il est plus proche que tu ne penses.

Il y en a une autre ici qui est allée d'une aventure amoureuse à l'autre, comme d'une mauvaise ville à une autre. Elle se demande quand elle rencontrera le merveilleux empire. Peut-être est-il temps d'arrêter de chercher. Peut-être est-il temps de cesser de voyager, au moins pour un temps, et de rechercher son propre cœur, son propre chez-soi et le rendre extrêmement confortable, peu importe où qu'il soit. Et notez à quel point vous aimantez cela en vous, à vrai dire, vous y vivez déjà.

Et il y en une autre ici qui pense que personne ne la comprend, que personne ne l'a jamais vraiment comprise. Toutefois c'est à elle de se comprendre elle-même, et quand elle le fera, quand elle aura effectivement compris, il ne sera plus important que les autres la comprennent ou pas. Les autres n’auront qu’à accepter ce qu’elle comprend, qu’ils la comprennent ou pas ; c’est ce qu’ils auront.

Et il y a encore une autre ici, qui ne peut percer son vernis de politesse enveloppante. Oh! Elle est si correcte. Oh! Elle ne marchera sur les pieds de personne. Elle fera tout ce qu'il faut nonobstant ce qu'elle ressent. Et elle est à la recherche d’une haute réalisation spirituelle. Rien de mauvais là-dedans, sauf qu'elle devra peut-être investiguer et intégrer cette caractéristique de la nature qui est très prompte à casser la branche, à secouer la terre, à causer un orage, à faire tout ce qui est nécessaire pour permettre l'évolution.

Et il y en a encore une ici pour qui la peur est une constante compagne. C'est une paralysie aussi réelle que si elle était en fauteuil roulant. Il faut y faire face ma chère. Elle dit seulement : « Je ne sais pas de quoi. J'ai peur de l'inconnu ». Je réponds, ce n'est qu'une forêt dans laquelle vous ne vous êtes pas encore aventurée profondément et le chemin pour y parvenir est unique, son point de départ s'appelle la méditation.

Et il y en a une autre encore ici qui s'imagine être assez spirituelle. Elle l'est aussi. Elle l'est. Et pourtant, elle craint au fond d'elle même, profondément, ne pas être aussi avancée, autant qu'elle pense l'être. Je dis, corrigez cela. Vous êtes ce que vous êtes, acceptez votre couronne et cessez toute fausse modestie. Soyez la reine que vous êtes. Miroir, miroir sur le mur, dis-moi qui est la plus juste de toutes? Vous l'êtes sans conteste. Ne pouvez-vous l'accepter ? C'est ainsi. Laissez la Divine Mère vous dire à l'oreille sa vérité : vous êtes, vous êtes, vous êtes ... la reine du bal. Maintenant jouez votre rôle, ma chère et n'éprouvez aucune honte à cela. N'est-ce pas notre destinée à toutes ?

Que Dieu vous bénisse mes chères âmes, hommes et femmes. Appréciez cette libération que vous poursuivez. Vraiment, participez-y et sachez que ceux qui vous observent d'un point de vue avantageux vous connaissent toutes et aussi chacune d'entre vous. Même les cheveux sur votre tête sont comptés. Cela a été une grande joie et un réel plaisir pour moi de vous parler ce soir, et à partir de maintenant ouvrez vos bouches, déliez vos langues et parlez, chantez, criez, réjouissez-vous. Rien ne peut vous arrêter. Je vous aime toutes.

Transmis par transe médiumnique le 31 juillet 1998

 

 


La Librairie Sanctus Germanus

Page principale

Contactez-Nous

©2007 L'entièreté de ce site est protégé par la loi Canadienne sur les droits d'auteurs de 1985 et tous les révisions
ultérieures et la convention de Berne. Tous droits réservés mondialement à la Fondation Sanctus Germanus.