Recherche dans ce site web :


Pour plus d'options de recherche


Quoi de neuf

À propos de nous
Introduction et bienvenue
Au sujet de Sanctus Germanus
Le but de ce site
La Grande Fraternité de Lumière
Au sujet de l'Amanuensis
La fondation Sanctus Germanus
Galerie de photos

Enseignements
Messages d'actualité
Contrepartie féminine
Invocation et méditation
Trouver la mission de son âme
Livres pertinents
Possession par une entité
Auto Suffisance
THO

Présentations
Les conférences
Conversations ésotériques
Compte rendu de la conférence donnée à Londres
Vidéos des conférences publiques
Webinars

Services
Projet d'éducation de la nouvelle race
Ensemencer la conscience des masses
Guérison télépathique
Perspectives astrologiques

Pour nous joindre
Contactez-nous
Questions et réponses
Perspectives farfelues

La librairie Sanctus Germanus

Langues
Anglais Français Espagnol

Compte rendu personnel d'une formation médiumnique

Pages
1 2 3 4 5 6 7 8 9

Finalisation du volume 2 des Prophéties de Sanctus Germanus
(Pub. Nov 2006)

Je suis retourné à Montréal au printemps 2006 pour préparer la troisième rencontre annuelle de la Fondation à Chicago, et ensuite j’ai prévu de me remettre à la tâche de compléter le second volume des Prophéties de Sanctus Germanus, que j'avais débuté l'été précédent (2005). J'avais maintenant eu quelques mois pour réfléchir à la tâche.

Après mon voyage à Sikkim et à Darjeeling, j'étais informé qu'il y avait un ensemble d'enseignements qui avait besoin d'être « téléchargé ». Est-ce que je consentirais à me lever à l'aube pour prendre ces dictées ? Pourquoi si tôt le matin, j'ai râlé ? Parce que les transmissions seraient plus claires avant que les énergies de la ville ne deviennent agitées. Ainsi, nos rencontres pour la dictée ont commencé à se tenir à 5 heures tous les matins. Au début, je me levais en luttant contre tous les arguments pour rester dans mon lit douillet et dormir. Je dois admettre que dans un état semi-endormi, le mental conscient pose moins d’obstacles à la transmission. Il n'y a rien comme le calme du matin avant l’aube pour la concentration totale. Après la transmission, je vous avoue que je retournais dans mon lit pour une sieste afin de pouvoir tenir le reste de la journée. Au bout d’une semaine, les sessions matinales étaient devenues une routine, et je constatai que j’avais hâte de les faire, ce qui en fin de compte m’a revigoré.

J'ai initialement pris en dictée manuscrite l’équivalent de deux volumes. On m'a dit d'utiliser un stylo, de l'encre, et du papier afin que les originaux manuscrits puissent servir à authentifier les dictées. Ceux qui sont familiers avec les ordinateurs peuvent savoir à quel point il est facile de modifier ou de perdre des fichiers texte en une seconde. J’ai continué de prendre ces dictées à la main et je me suis aperçu que l'écriture pouvait changer avec des guides différents. Ces dictées ont été intégrées dans le volume 2 des Prophéties de Sanctus Germanus.

Vers la fin de l'été 2006, j'avais terminé un brouillon complet du livre, et je comprenais maintenant pourquoi ils voulaient que je retourne à Darjeeling avant que je ne le complète. J'ai envoyé le premier brouillon du livre à un éditeur à Londres et je me préparai à relaxer quand le message m'est venu que ça pourrait être une bonne idée de retourner en Inde. Ce serait mon deuxième voyage en Inde en un an.

Mon voyage à Dharamsala et ma rencontre avec le 17e Karmapa

Heureusement, il n’était pas prévu que mon voyage soit semé d’épines, mais je ne savais certainement pas à quoi m'attendre et pourquoi je faisais ce voyage. Mais il m'est venu à l'esprit que je devais d’abord visiter Dharamsala, le siège du Dalaï-Lama en exil, et ensuite continuer à Darjeeling. J'ai parlé à une amie de mes intentions et elle m'a dit qu'elle connaissait un ami moine qui pourrait peut-être m'arranger un rendez-vous avec le 17e Karmapa. J'ai pensé qu’elle visait très haut puisque de telles rencontres sont habituellement arrangées des mois à l'avance. Toutefois, cela valait la peine d'essayer.

Quelques jours avant de partir pour l'Inde, nous avons reçu un courriel du moine disant qu'il avait organisé une rencontre avec le Karmapa. J'étais ravi.

Quand je suis finalement arrivé à Dharamsala, j'ai rencontré le moine qui m'a alors dit qu'il avait invité un couple français et un professeur allemand pour assister à la rencontre avec nous, donc celle-ci devenait une réunion de groupe. J'ai été un peu déçu parce que je voulais avoir assez de temps pour discuter avec lui de prochains changements terrestres et je craignais qu'il n’ait pas assez de temps pour nous tous. Cette nuit-là, on m'a dit de ne pas m'inquiéter. J'aurais ma chance.

 


L'Institut Gyuto du 17e Karmapa et sa résidence au dernier étage

Nous sommes arrivés à l'Institut Gyuto où le Karmapa réside. Deux autobus remplis de bouddhistes taïwanais sont aussi arrivés, donc la salle d'attente débordait de visiteurs. J'ai alors réalisé que je ne pourrais jamais parler avec le Karmapa et me suis résigné à simplement faire partie d'une audience de groupe. Le moine-secrétaire du Karmapa est venu dans la salle d'attente, et il semblait y avoir un certain désaccord entre le moine et le secrétaire. Finalement, le secrétaire s’est approché du couple français et de l'Allemand et leur a dit qu'il n'y aurait pas assez de temps pour que le Karmapa puisse les rencontrer, et il leur a demandé s’ils étaient en mesure de revenir à un autre moment. On m'a permis de poursuivre avec mon ami.

Il y avait tellement de gens dans la salle d'attente essayant de trouver une place dans la ligne, que je me suis reculé pour laisser les grands groupes passer en premier. J'ai assumé qu'on se joindrait à l’un de ces groupes pour l’audience. Certains offraient même des enveloppes avec de l'argent au moine-secrétaire pour assurer leur place dans la ligne.

Toujours derrière la foule, à la fin de la ligne, je suis monté au dernier étage et j’ai attendu. Les deux groupes taïwanais sont entrés dans la pièce d'audience l'un après l'autre et sont partis. Il y avait au moins vingt autres personnes en attente à l’extérieur de la salle d'audience, j’ai donc assumé qu'on allait tous entrer ensemble. Quand le deuxième groupe taïwanais est sorti, le secrétaire a demandé au reste d'entre nous d'avancer. Je m'apprêtais à suivre le petit groupe devant nous dans la salle d'audience lorsque le secrétaire m'a dit « attendez, asseyez-vous s'il vous plaît ».

Environ dix minutes plus tard, la porte s'est ouverte de nouveau et le secrétaire nous fit signe d'entrer. J'ai pensé que tout le monde derrière moi allait suivre, mais à mon grand étonnement seulement le secrétaire et moi sommes entrés. Cela allait être une audience privée comme on me l’avait promis la veille.

 

La photo ci-dessus est le jeune 17e Karmapa comme je l'ai vu. Il brillait avec de puissantes énergies autour de lui. Il se tenait debout et m'a accueilli en plaçant un kota (linge blanc de soie) autour de mon cou. Il prit place sur une chaise et son traducteur s'est agenouillé à ses côtés. Nous nous sommes assis sur le plancher devant lui. Je lui ai demandé s’il était au courant des changements terrestres qui prenaient place maintenant et dans le futur. Il l'était. Nous avons eu environ dix minutes pour discuter des changements terrestres et le rôle des bouddhistes tibétains dans la crise à venir. Finalement, le secrétaire a interrompu cette conversation passionnante et a dit que notre temps était écoulé.

Nous nous sommes levés et serré la main de nouveau. La profondeur de son regard est quelque chose qu’il faut voir.

Alors que j’allais quitter la salle d'audience, le Karmapa m'a rappelé. J'avais laissé tomber quelque chose. Il s'est penché pour la ramasser et me la donner. Quand j'ai finalement quitté la pièce, j'ai eu l'impression que la Fondation travaillerait avec lui un jour. J'ai aussi eu l'impression que même s’il n'était pas la réincarnation du 16e Karmapa, il est tout de même une très grande, âme divine, titres mis à part. J'espère qu’un de ces jours je pourrais rencontrer « l’autre » Karmapa, juste pour comparer les expériences.

J'ai passé des moments mémorables en méditant dans le Temple du Dalaï Lama tôt le matin. Il était également surprenant de voir autant de gens dans le temple dans les premières heures du matin.

Troisième voyage à Darjeeling : redécouverte du lien entre le bouddhisme tibétain et la pensée ésotérique moderne

Nous sommes arrivés à Darjeeling au même moment qu'un gros typhon balayait la côte ouest de l'Inde et butait contre les Himalayas. Jamais dans ma vie je n’ai vu autant de pluie tomber du ciel, et je suis passé par de nombreux typhons. Cette tempête battait la ville sur la montagne 24 heures par jour. Les rivières étaient en crue et tout était mouillé et humide. C'était en addition à la saison de la mousson, qui se termine normalement en août, mais qui s'est étendue cette année-là pendant tout le mois de septembre. Les dernières fois que j'étais à Darjeeling, il y avait une sérieuse pénurie d'eau, donc ceci était tout un contraste.

Mon ami Lama Tenzing, est maintenant équipé d'un téléphone mobile et donc joignable à partir de n’importe où dans le monde. Alors, cette fois-ci je lui ai dit que j'irais à Darjeeling. Je l'ai rencontré au monastère Bhutia Busty alors qu’il  faisait une cérémonie pour les derniers rituels pour quelqu’un de sa congrégation, un jeune homme qui est mort dans un accident. Après que la foule se soit dispersée, je suis monté dans la salle à l’étage pour une autre méditation.

 


Avec mes amis moines au monastère une journée brumeuse.
Lama Tenzing est à droite. À gauche il y a deux moines étudiants. .

Cette fois, j’ai passé plus de temps à étudier les peintures murales et les icônes en or alignés le long du mur. Même si j’avais été dans cette salle tant de fois, je venais de réaliser que c’était en son entier un sanctuaire consacré au Guru Rinpoche (« précieux maître ») ou la grande âme connue comme Padmasambhava (du sanskrit, qui désigne né du lotus).


Peinture murale du bouddha rouge dans le monastère Bhutia Busty

On m'a beaucoup parlé du Guru Rinpoche pendant que j'étais au temple du Dalaï-Lama à Dharamsala et le rôle primordial qu'il avait joué en introduisant le bouddhisme au Tibet au 7e  siècle. Lui et un groupe de traducteurs-disciples ont apporté tous les textes bouddhistes de l'Inde au Tibet durant une époque où le bouddhisme était désacralisé en Inde. Guru Rinpoche est connu pour les Tibétains comme étant le deuxième Bouddha, en second lieu après Gautama. C'est par ses œuvres, que le bouddhisme a été sauvé dans le Tibet relativement isolé, ce qui a permis de le faire avancer à de grandes hauteurs ésotériques. Comment j'ai pu manquer la signification importante de cette pièce me dépasse ! A-t-il fallu trois visites à Darjeeling pour que je réalise la signification de cette pièce? Ou était-ce à ce moment même que je devais en prendre acte?


Icone du Guru Rinpoche dans le Monastère de Bhutia Busty

Je suis entré dans une méditation profonde, et le Maître Morya m'a accueilli. Si le lecteur se souvient, la raison de mon premier voyage à Darjeeling était de renouer avec mon enseignant El Morya qui réside dans le plan éthérique au-dessus de Darjeeling. Lors de ma première visite dans cette salle en 2003, j'ai réalisé que c'était un portail dimensionnel vers le plan éthérique, raison pour laquelle mes rencontres avec Morya ont lieu ici et où les transmissions les plus claires sont possibles. Cette fois Morya m'a conduit à travers le portail éthérique et nous avons émergé dans une vaste vallée plate, quelque part dans le Tibet éthérique entourés de majestueuses montagnes couvertes de neige. Au milieu de cette vallée plate il y avait un énorme stupa tibétain (structure architecturale en forme de dôme) et assis autour du stupa, en cercles concentriques, il y avait des milliers de figures bouddhiques en méditation.


Méditation dans la salle à l’étage dédiée au Guru Rinpoche

« C'est ici que vous venez tous entre les incarnations. Tous ceux qui sont liés à la Fondation seront des bodhisattvas issus de cette grande réserve de bodhisattvas. Peu importe à quoi ils ressemblent extérieurement, européens, américains, africains, asiatiques –peu importe la race - ils proviennent de ce groupe car tous sans exception se sont consacrés à aider l'humanité à passer à travers les changements à venir ».

 


La représentation d'un artiste de la vision du Bodhisattva

Il m'a montré comment des corps physiques de toutes les races sortaient de leur incarnation pour prendre leur place respective parmi les bodhisattvas autour du stupa. Par bodhisattvas, nous voulons dire tous ceux sur la Voie qui ont atteint un stade d'éveil et théoriquement n'ont plus besoin de se réincarner. Au lieu de continuer sur leur chemin spirituel, ils ont choisi de retourner sur terre pour servir l'humanité. Ainsi, tous ceux qui travaillent au sein de la Fondation Sanctus Germanus et ceux qui vont se joindre pour accomplir le travail de la Fondation, vont venir de ce bassin de bodhisattvas.

On m'a rappelé que HPB (Helena P. Blavatsky) avait passé trois ans dans un monastère tibétain, étant entrainée dans les secrets occultes des grands lamas par nul autre que Saint Germain. Saint Germain était seulement le personnage européen de l’une de ces grandes âmes bouddhiques. Dans le livre d’Isabelle Cooper-Oakley  « Le Comte de St Germain », celle-ci mentionne qu'il se retira souvent en Asie entre ses apparitions en Europe.

Soudainement, j’ai commencé à comprendre beaucoup de choses. Je me suis toujours demandé pourquoi El Morya, qui était apparu aux théosophes comme un Prince Rajput, résiderait à Darjeeling, un avant-poste principalement bouddhiste tibétain, plutôt que dans le Rajasthan. Lors de mon premier voyage à Darjeeling, j'ai demandé à tous ceux que je rencontrais s’ils connaissaient El Morya. Pas un seul n’était familier avec ce nom. Cette fois-ci, j'ai demandé à tous ceux que je rencontrai s’ils avaient entendu parler du Guru Rinpoche et de ses disciples. Vous pouvez deviner la réponse.

 


Guru Rinpoche et ses Disciples

Donc, étant donnée cette révélation, j'ai demandé qui, alors, est le Grand Divin Directeur, si souvent mentionné dans la littérature ésotérique moderne et dans quelques-unes de mes conversations avec Sir Arthur Conan-Doyle? Morya m'a répondu que le Grand Divin Directeur est le nom occidental de Guru Rinpoche ou Padmasambhava est que les Maîtres de Sagesse que nous connaissons si bien, notamment Saint Germain, Kuthumi, Djwal Khul, lui-même et autres, sont les incarnations occidentales des 25 disciples originels de Guru Rinpoche. Ils font partie de la grande branche himalayenne des Maîtres. Les bouddhistes les connaissent sous d'autres noms. Il apparaît également que le Grand Divin Directeur ou Guru Rinpoche et que la Fraternité Himalayenne ont été chargés de mener la bataille entre les forces de la lumière et de l’ombre avec son bras droit, le Maître Saint Germain, son principal disciple. C'était le Grand Divin Directeur qui lui a donné le nom de Sanctus Germanus, ou Saint Frère.

Je m'efforçais d'absorber toutes ces réponses, car il n'a jamais été expliqué aussi clairement dans toute la littérature occulte que j'avais étudiée, qu'il y avait un tel lien étroit avec les bouddhistes tibétains. Beaucoup de livres ont fait allusion à la connexion du bouddhisme tibétain et l'ésotérisme moderne. Même après avoir étudié les livres d’Alice A. Bailey, dictés par le tibétain Djwal Khul, je n’avais pas encore entièrement compris cette complexe connexion du bouddhisme tibétain avec la théosophie et ses successeurs. Je contemple encore les implications profondes de cette information.

Ainsi, le but de mon troisième voyage à Darjeeling était de comprendre les interconnexions importantes entre la pensée ésotérique moderne et le bouddhisme ésotérique tibétain. Dans le cadre de la préparation pour les grands changements à venir sur terre, il doit y avoir: 1) la fusion une fois pour toutes de la pensée ésotérique orientale et occidentale afin que 2) la pensée ésotérique occidentale moderne ait accès aux enseignements occultes ésotériques avancés qui ont été préservés pour la préparation du Nouvel Âge à venir. La rencontre privée avec le jeune Karmapa n'avait pas été accidentelle et les récits et découvertes futures dans cette ligne de pensée vont se dérouler d'une manière pratique dans l’avenir.

Quand j'ai fini cette méditation, Lama Tenzing semblait pressentir ce qui s'était passé, mais n'a rien dit. Deux autres méditations dans cette même pièce dans deux jours différents m'ont donné plus d'information à digérer. À l’heure du thé le jour de mon départ, j'ai surpris le Lama regardant mon aura d'une façon curieuse. Je lui ai demandé ce qu'il avait vu. Il sourit, « C'est un secret. Je ne peux pas vous le dire maintenant ».

Des pluies torrentielles se sont abattues à Darjeeling pendant des jours causant de nombreux glissements de terrain. Des immeubles entiers ont glissé sur les pentes des montagnes. C'était un avertissement de ce qui arriverait dans la région dans un futur proche. Le Lama a dit, « Hier, vous avez eu une méditation puissante avec Guru Rinpoche, n'est-ce-pas? Savez-vous que cinq minutes après votre départ du monastère, il y a eu un grand glissement de terrain sur le chemin que vous avez pris menant à la montagne. Pendant une seconde nous étions inquiets pour vous mais on nous a dit que vous étiez en sécurité. Le Grand Guru vous protégeait ».

Quand j'ai quitté le Lama, il m'a donné ce mantra à chanter :

OM AH HUNG VAJRA GURU PADMA SIDDHI HUNG
.
Ce mantra attire l’esprit de la Grande Âme de Guru Rinpoche dans votre propre esprit pour en faire un. Vous êtes tous invités à méditer sur ce mantra.

Ce que j’ai raconté précédemment représente seulement la manifestation extérieure d'un voyage intérieur qui continue jour après jour. Quelques-unes des révélations reçues doivent attendre mon développement spirituel intérieur avant qu'elles ne puissent être complètement révélées. On m'a dit que je devrais vivre et prouver chacune de ces révélations avant que je ne puisse les enseigner aux autres. Ces révélations verront la lumière quand le plan astral aura subi un nettoyage majeur qui est actuellement en cours, et que l'influence des Forces Sombres sur la terre aura considérablement diminuée, sinon les révélations risquent d'être répétées et déformées avant même que l'humanité ne puisse faire l'effort de les comprendre
.
Il y a aussi des individus situés dans différentes parties du monde qui détiennent les clés de ces enseignements futurs, et comme un casse-tête qui s’assemble lentement, ces individus vont révéler leur partie pour compléter les nouveaux enseignements. C'est ainsi que la Hiérarchie Spirituelle protège ces enseignements qui sont destinés à préparer ceux qui sont sur la Voie et dignes de confiance en vue de la reconstruction de la société après la période des grandes catastrophes.

Alors, lorsque je pratique le mantra mentionné plus haut, les mots de l'adepte Justin Moreward Haig reviennent à mon esprit avec plus de sens, « Celui qui brille plus fort que nous tous, sait tout ce que nous avons besoin de savoir et nous le transmet en conséquence. Nous sommes pour toujours dans sa lumière ».

L'Amanuensis

 

Pages
1 2 3 4 5 6 7 8 9

Retour en haut de la page

 


La Librairie Sanctus Germanus

Page principale

Contactez-Nous

©2007 L'entièreté de ce site est protégé par la loi Canadienne sur les droits d'auteurs de 1985 et tous les révisions
ultérieures et la convention de Berne. Tous droits réservés mondialement à la Fondation Sanctus Germanus.