Recherche dans ce site web :


Pour plus d'options de recherche


Quoi de neuf

À propos de nous
Introduction et bienvenue
Au sujet de Sanctus Germanus
Le but de ce site
La Grande Fraternité de Lumière
Au sujet de l'Amanuensis
La fondation Sanctus Germanus
Galerie de photos

Enseignements
Messages d'actualité
Contrepartie féminine
Invocation et méditation
Trouver la mission de son âme
Livres pertinents
Possession par une entité
Auto Suffisance
THO

Présentations
Les conférences
Conversations ésotériques
Compte rendu de la conférence donnée à Londres
Vidéos des conférences publiques
Webinars

Services
Projet d'éducation de la nouvelle race
Ensemencer la conscience des masses
Guérison télépathique
Perspectives astrologiques

Pour nous joindre
Contactez-nous
Questions et réponses
Perspectives farfelues

La librairie Sanctus Germanus

Langues
Anglais Français Espagnol

Compte rendu personnel d'une formation médiumnique

Pages
1 2 3 4 5 6 7 8 9

Rencontre « avec ceux qui sont sur cette planète mais qui ne sont pas de cette planète »

Après de nombreuses promenades, le signal m'est venu que je rencontrerais bientôt un de mes « grand frères et sœurs qui ont une apparence humaine…», les extra-terrestres qui m'ont guidé depuis mon arrivé au Canada. Malgré les conditions hivernales froides, on m'a dit de grimper le sentier de la montagne derrière chez moi, quelque chose que j’essayais de faire régulièrement durant cette période pour l'exercice, et de les rencontrer autour de deux ou trois heures de l'après-midi.

Plein d'anticipation, j'ai attendu jusqu'à deux heures et demie de l'après-midi pour grimper jusqu'au sommet. Rien n'est arrivé et je n'ai rien vu d'inhabituel sur les pistes glacées. Le jour suivant, encore, rien ne s'est produit. Finalement, le troisième jour quand je suis redescendu de la piste en me demandant pourquoi rien n'était arrivé, je me suis trouvé seul sur une piste très blanche, glissante et glacée. J'ai regardé et personne n'était en avant de moi. J'ai cligné des yeux et un gentleman assez grand portant un chapeau fedora noir et un manteau en cuir brun, apparut soudainement de nulle part et est passé à côté de moi en allant dans le sens opposé, vers le haut de la montagne. Quand il est passé, j'ai eu une étrange sensation, mais j'avais encore mes doutes.

Le jour suivant, j'ai encore gravi la montagne, mais au retour j'ai pris un raccourci à travers la forêt glacée. Il n'y avait certainement personne d'autre là. Comme je surveillais constamment mes pas dans ces conditions glacées, j'ai regardé régulièrement vers le bas et vers le haut, et à nouveau, sorti de nulle part le même homme est apparu devant moi, habillé exactement comme la veille. Cette fois-ci il a fait un signe de tête, souri et a continué son chemin. Une sensation incroyable m'a envahi, cette confirmation accablante que, oui, j'avais finalement rencontré l’ET amical.

Mais j'ai été un peu déçu. Selon mon idée d'une rencontre amicale, celle-ci n'aurait pas été si courte. J'aurais aimé l'inviter pour un cappuccino à la pâtisserie juste en face de chez moi. Ou j'aurais aimé être assis dans un confortable salon, devant un foyer, bavardant avec lui de questions mondiales.

J'ai demandé à Justin Moreward Haig à propos de cette rencontre. Il l'a confirmée. Quand je lui ai demandé pourquoi je ne pouvais pas parler plus avec cet être, il m'a dit que les Maîtres voulaient simplement me montrer que j'avais franchi une autre étape dans ma formation, où je pouvais distinguer ces êtres des autres, en d'autres mots, composer avec ceux qui ont des vibrations plus rapides. « Ne t'inquiète pas », dit-il, « à l’avenir tu travailleras sur des projets avec eux. ».

J'ai en effet rencontré un vieil homme distingué et son infirmière dans l'ascenseur de mon immeuble. Il me salua et hocha la tête. Quand il est descendu, j'avais la même sensation de picotement. Je l'ai revu quand il sortait de l'immeuble et il a immédiatement fixé ses yeux sur moi puis s'est détourné. Quand j'ai demandé au portier qui il était, il ne le savait pas. J'ai demandé à Justin et il m'a répondu, « Non, c'en est un autre, pas le tien ».

Donc, chers amis, « ceux qui sont sur cette planète, mais qui ne sont pas de cette planète » sont partout autour de nous!

Vision éthérique

Autour de cette même période, quand je marchais sur les sentiers enneigés du parc de la montagne, j'ai réalisé que je pouvais voir le double éthérique des objets et des personnes autour de moi. Mon troisième œil (situé entre les sourcils) était en train de s'ouvrir tranquillement.

Je me suis arrêté pour tester cette nouvelle vision. Toute la scène enneigée devant moi a semblé se détacher de la matière visible et se répandre. Je pouvais voir le sentier devant moi devenir une rivière d'énergie visible; je pouvais voir les doubles éthériques des troncs d'arbre se tenir debout comme de l'énergie vibrant dynamiquement; et quand j'ai regardé le ciel, il n'était plus vide, mais rempli de formes tourbillonnantes de matière éthérique en mouvement. C'est ici que j'ai réalisé comment les formes-pensées peuvent facilement passer d'un individu à l'autre et du monde des esprits jusqu'a nous et vice-versa. Il n'y avait rien qui pouvait vraiment bloquer leur passage.

La vision éthérique est quelque chose qui peut être activée ou désactivée pour ne pas perturber la vue.

La lumière dans la tête

Je ne prétends pas être un yogi qui peut s'assoir dans une forêt pendant des semaines en profonde méditation. Mais je me soumets à des méditations courtes et intenses tous les jours (entre vingt et trente minutes) utilisant le raja yoga que l'École Arcane recommande. À peu près au même moment que ma vision éthérique s'est manifestée, j'ai commencé à réaliser ce qui est connu comme étant la lumière dans la tête. Cette lumière a commencé à briller dans mon esprit même avec mes yeux fermés. Je pouvais éteindre les lumières la nuit et l'illumination restait dans mon esprit et me permettait de voir dans le noir.

Tant la lumière dans la tête comme le développement de la vision éthérique sont des signes d'une connexion constante avec l'âme qui infuse la personnalité physique. De plus en plus de gens ouverts d’esprit vont développer cette capacité à mesure que l'ère des Poissons touche à sa fin.

Entités du plan astral

Pour quelqu’un qui a été formé dans les sciences physiques et sociales, la question de vérification et de confirmation est toujours là. En recevant une dictée ou un message, je me trouve toujours à me demander, « Est-ce que j'ai inventé tout ça moi même? » Si dans les premiers stades de la médiumnité, une preuve est requise pour continuer sur le chemin, alors les maîtres vont la fournir. De nombreux ouvrages sur les questions spirituelles disent que demander des preuves ou une vérification est un signe de manque de foi. Ce sont de pures balivernes et beaucoup de médiums aujourd'hui se croyant précis ne font que rapporter une pléthore de divagations du plan astral. En fait, comme le médium de transe m'a déjà dit, « Nous sommes comme des cabines téléphoniques pour des gens du plan astral ».

Durant ma formation, j’ai été dupé plusieurs fois par des esprits se faisant passer pour Justin Moreward Haig. Vous pouvez rencontrer des individus sans moralité ou des escrocs sur terre, et la même chose peut se produire lorsque vous vous aventurez dans d’autres dimensions moins matérielles. Tout comme vous apprenez à distinguer entre la vérité et le mensonge sur le plan terrestre, la même chose doit être faite sur le plan astral.
 
J'ai appris à reconnaître un certain style larmoyant et grandiose qui vient du plan astral. D’autres démontrent un peu trop de satisfaction de soi, et d'autres aiment juste vous tromper avec des histoires fantaisistes qui servent à gonfler votre égo. On ne peut jamais faire preuve de laxisme en affirmant que seule la vérité, toute la vérité, et rien que la vérité va transparaître.

Pourtant, je suis resté curieux au sujet de ces entités. J'étais à la Havane, Cuba, étudiant l'espagnol, quand j'ai demandé à mon professeur d'espagnol si elle connaissait des médiums dans la région. Elle m'a regardé très surprise comme pour me dire, « Comment sais-tu que je consulte ce genre de personnes? » Quelques jours plus tard, elle me conduisit chez une femme dont la maison avait été dévastée par un ouragan quelques mois plus tôt. Tout ce qui restait était une partie de sa maison avec le toit; le reste avait été emporté.
 
Il y avait des poupées noires et des figurines placées sur une table avec des bougies. Le médium était une personne très bien, de celles qui se soucient beaucoup de gens qui viennent la voir. Elle m'a donné quelques petits cailloux que je devais secouer comme des dés et les lancer au sol après chaque question. Elle pouvait interpréter ces petits cailloux et me donner la réponse aux questions. Étant un grand admirateur de Mao Tse-Tung, elle m'a dit qu'il est venu à la séance et qu’il répondait à mes questions. Quoi qu’il en soit, la séance était pleine de mots de félicitations, ce qui aurait fait gonfler d’orgueil la tête de n'importe qui.

C’est plus tard dans l'année que l'esprit de Golden Eagle viendrait me voir à travers le médium en transe pour me rappeler que chaque moyen de  communication avec les autres dimensions, chaque poupée, idole, dieu ou déesse créés, avait été placé à un endroit particulier pour communiquer avec ce niveau d’humanité spécifique.

En étant à Cuba, j'ai rencontré quelqu’un qui étudiait également l’espagnol, un artiste de cinéma australien, qui m'a parlé de son expérience dans un centre de villégiature ayurvédique au Sri Lanka (anciennement le Ceylan). Cela a en quelque sorte allumé une autre bougie dans mon esprit, et soudainement j'ai senti l'ardent désir d'aller au Sri Lanka. Le fait que cela m’arrivait pendant un voyage à La Havane, Cuba, me laissa perplexe.  Dès que je suis revenu chez moi, j'ai rassemblé autant d'information que possible sur l’ayurveda. C'est devenu une telle obsession, que deux mois plus tard, j'étais dans un avion en direction du Sri Lanka.

Mon premier travail pour la Fraternité

En route vers le Sri Lanka, je me suis arrêté quelques jours à Hawaii pour voir ma famille et pour une autre consultation avec le médium en transe.

Durant ma session, Sir Arthur s’est présenté et m'a demandé de créer un site web dédié à la Grande Fraternité de Lumière. Il m'a dit que ce n'était pas une assignation de tâche mais une sorte de rappel. J'avais pris cet engagement avant mon incarnation actuelle. Je devais publier sur ce site de l'information que j'appréciais et que je voulais partager avec d’autres au sujet de la Grande Fraternité de Lumière. J'ai accepté tout de suite, car j'avais attendu que quelque chose de concret arrive qui serait au service de la Fraternité.

Pour s’assurer que seulement la vérité parvienne aux lecteurs de ce site web, les Maîtres ont demandé à l'esprit d’Arthur Ford, considéré comme le doyen des médiums américains, d’agir comme mon entraîneur afin d’ouvrir davantage mes capacités de clairaudience et de clairvoyance.

Arthur Ford était un médium très connu dans la première moitié du 20e siècle. On lui attribue le fait d’avoir percé le code sur lequel Harry Houdini, le magicien extraordinaire, et sa mère s'étaient entendus si l’un d’eux mourait. Beaucoup de médiums de transe ont essayé mais seul Arthur Ford a été capable de canaliser le bon code du défunt Houdini à sa mère.

Pendant un certain temps, Arthur Ford a travaillé de concert avec Sir Arthur Conan Doyle en Angleterre et ils sont restés amis et collègues en esprit. Il a aussi entraîné le médium Ruth Montgomery et le médium en transe.

L’entraînement était très simple. Un jour donné de la semaine, je devais noter sur une feuille de papier trois questions sur lesquelles je ne savais absolument rien. Les questions devaient être de nature métaphysique. Je devais les placer dans une boîte ou dans une filière et les oublier. Une semaine plus tard, à un moment convenu, je devais ouvrir la boîte, lire les questions à haute voix, et attendre quelques secondes pour que les réponses apparaissent dans mon esprit. En réalité, à mesure que la pratique continuait, j'ai réalisé qu’au moment où je lisais les questions à haute voix, le jour donné, je connaissais déjà les réponses parce qu'elles m'avaient déjà été fournies durant la semaine. Ce fut une expérience très simple et efficace conçue pour inspirer une plus grande confiance dans les dictées que je recevais de la Grande Fraternité de Lumière.

Sachant que j’aurais l’appui d'un entraîneur spirituel compétent dans mon premier travail pour la Fraternité, je m’apprêtais à quitter la maison du médium. Il m'arrêta et me dit, « Attend, ils veulent que je te donne quelque chose ». Il chercha dans sa bibliothèque et me donna le livre « À la découverte de l’occulte, la vraie histoire de Helena P. Blavatsky » par Henry Steel Olcott. «Voilà », dit-il, « Ils veulent que tu lises ceci ».

Alors que je m’envolais pour le long voyage d’Hawaii au Sri Lanka, ma tête tournait avec des idées et des conceptions alternatives pour le site web. Comment je l'appellerais? Quelle information dois-je mettre dedans? Et surtout, qui voudrait le lire?

Avec toutes ces questions dans mon esprit, je n'ai jamais demandé pourquoi j'allais à l'autre bout du monde, au Sri Lanka. J’ai découvert plus tard dans l'année que le traitement ayurvédique que je cherchais n’était qu’un prétexte pour me faire partir là-bas pour me donner plus de « rappels ».

 

Pages
1 2 3 4 5 6 7 8 9

Retour en haut de la page

 


La Librairie Sanctus Germanus

Page principale

Contactez-Nous

©2007 L'entièreté de ce site est protégé par la loi Canadienne sur les droits d'auteurs de 1985 et tous les révisions
ultérieures et la convention de Berne. Tous droits réservés mondialement à la Fondation Sanctus Germanus.